mercredi 23 octobre 2013

Pourquoi je chasse ?

Cerf de 150 kg prélevé par Christian, alias "Bouky".

Il m'arrive souvent qu'on me demande "pourquoi tu chasses ?".

Sous-entendu : "pourquoi un garçon intelligent, sympathique et réfléchi comme toi s'amuse-t-il à tuer des animaux innocents (sic) ?" (selon le catéchisme progressif  post-moderne de rigueur).

Je chasse parce que j'assume entièrement la responsabilité de la mort de l'animal qui va se trouver dans mon assiette, contrairement à tous ceux qui croient que la viande pousse dans les bacs congélateurs des supermarchés et qui veulent ignorer les conditions concentrationnnaires des élevages industriels qu'ils financent 365 jours par an.

Les canetons, une fois triés, sont jetés vivants dans un broyeur mécanique.

Je chasse des animaux libres et sauvages, dans un environnement qui leur est favorable et familier, qui ne sont pas rendu fous et aveugles dans des stabulations totalitaires où ils ne voient jamais la lumière du jour, où on les gave d'antibiotiques ou d'hormones en les privant de leur dignité d'être vivants comme s'ils n'étaient que des choses inertes, où chaque parcelle de leur vie est niée au profit d'une industrie agro-alimentaire ravagée par la technique et à destination d'une surpopulation mondiale gavée jusqu'à l'overdose par le turbocapitalisme mondialisé, fossoyeur de l'âme de tous, hommes et bêtes.

Je chasse avec une arme à feu moderne, rapide, fiable et puissante, parce qu'il n'est pas question d'équité entre moi et le gibier, de confrontation "juste", de "fair-play" ou de tout autre aberration dite sportive ou hypocrite. La chasse n'est pas un sport et ne se justifie pas par des mièvreries pseudo égalitaires. La chasse est un acte de prélèvement ancestral où la Mort est l'ultime objectif et où l'homme tisse un lien inexplicable avec l'essence même de toute vie. En tant que chasseur, j'ai le devoir de mettre à mort le gibier de façon rapide et de minimiser ses souffrances et son stress, contrairement à ce qu'on peut voir dans la photo, qui n'est qu'une parmi des centaines disponibles étalant au grand jour la souffrance animale imposée par tous les "gentils" non-chasseurs sur l'ensemble du globe.

Je ne chasse pas pour "prendre l'air", pour "promener mon chien" ou pour "profiter de la Nature" comme le disent parfois des chasseurs écrasés par la culpabilité de toute une société qui cherche des boucs-émissaires à la maltraitance animale, acte déshonorant que je n'ai jamais constaté chez des chasseurs en dix-sept années de pratique, et dont le respect de l'animal peut paraître certes paradoxal mais qui ne saurait être contesté.

Je chasse parce que j'accepte ma condition d'humain véritable et son héritage ancestral. Je ne suis pas un "écocitoyen", ni un adepte du "tourisme vert" ou de tout autre fadaise pour moutons lobotomisés à la marchandisation du loisirs pour qui le mystère du monde est réduit à un prix sur une étiquette de produit de magasin de sport. Face aux esclaves du factice et de la démagogie soumis à la tyrannie des malfaisants, je suis l'homme libre de l'ancienne loi germanique, celui qui porte une arme.

Je chasse parce qu'en moi coule le sang noir et l'appel du chêne sacré, parce que la forêt n'est pas pour moi un parc de loisirs mais le lieu du Mystère, le territoire des bêtes sauvages, le sanctuaire des héros antiques et des seigneurs féodaux, le temple et le jardin des Dieux ancestraux.

6 commentaires:

médéen33 a dit…

Je chasse parce que je laisse vivre l'homme que je suis selon sa nature, sa nature vraie, sa nature profonde. Cette nature qui remonte à la nuit des temps.
Très belle page.

Pierric Guittaut a dit…

Merci, Médéen. Amitiés.

médéen33 a dit…

Fiers d'être Chasseurs et Pêcheurs, être de cette Nature qui ne s'aime pas sur des moquettes de salon devant un écran plat. Nature en reliefs, à vivre... ou mourir. Ce matin, très belle chasse avec ma chienne Korthals, du naturel, dur à bloquer, piéteur, mais tombé quand même.
Amitiés Pierric

Pierre de Boisguilbert a dit…

Bravo et merci pour ce texte que j'aurais aimé écrire moi même!

Bien cordialement

Pierre de Boisguilbert
Fédération Nationale des Chasseurs
pdeboisguilbert@gmail.com

Anonyme a dit…

Les dernières lignes sont d'un authentique poète! Bravo. Christopher Gérard, qui lit La Fille de la pluie.

Pierric Guittaut a dit…

Merci Pierre. En ces temps difficiles, j'ai voulu rappeler que la chasse n'est pas qu'un loisir, mais bien un ensemble de valeurs au sens le plus noble, et je suis très honoré de votre soutien.


Christopher, j'ai désormais un exemplaire de ta "Source pérenne" en mains et j'ai hâte d'en finir la lecture et d'en parler de vive voix avec toi à Bruxelles d'ici peu.

P.G.