mardi 2 juin 2015

FASCISTE - Thierry MARIGNAC


Les éditions ActuSF (ici) ont eu la très bonne idée de rééditer le premier roman de Thierry Marignac (), désormais de nouveau disponible un peu partout.

Mais pourquoi est-ce une bonne idée ?

1.    Parce que c’est un bon roman (oui, je sais, c’est un critère un peu réactionnaire).

2.    Parce que, benêt que vous êtes, vous aviez oublié de le lire dans une de ses précédentes éditions.
 
3.    Parce que c’est l’occasion de doter enfin ce livre culte d’une couverture digne de son titre, les deux précédentes tentatives graphiques, ici et , ayant été de concert avec les dix dernières performances vocales française à l’Eurovision.
 
4.    Parce que cette réédition fera chier les vieux cons et les staliniens, plaisir dont l'honnête homme ne saurait se priver.
 
5.    Parce que Marignac est le seul auteur punk du milieu du polar hexagonal, contrairement à toutes les têtes pleines d’eau qui essaient de nous faire croire qu’ils ont écrit leur livre médiocre pour  sauver le monde, alors qu'il est notoire qu'ils tentent juste de remédier à leur misère sexuelle en tentant leur coup auprès de profs vieillissantes et de bibliothécaires esseulées tout en picolant gratos du mauvais vin d'alsace au « Festival du Noir de Halzeim-sur-Stöeffel».*
* Au nom trompeur puisqu'il n’a en fait rien à voir avec une concentration néo-nazie où l’on maltraite des antillais.
 
6.    Parce que les autres tentatives notoires d’évoquer l’extrême-droite française par le roman noir, que ce soit Manchette en 72 ou Leroy en 2011 n’arrivent pas à la cheville de ce « Fasciste » dont le principal défaut fut d’être un roman intelligent sur l’engagement dans la droite radicale, d’un niveau d’écriture sans comparaison.
No time for the useless, choose the best, comme dirait Ronald Reagan.
 
7.    Parce qu’une soirée de lecture en compagnie de Thierry Marignac et d'une bière belge, ça vaut bien mieux qu’un 122e épisode des "Experts à Alcatraz" ou une rencontre truquée de pousse ballon entre proxénètes analphabètes à la solde des pétromonarchies du Golfe visionnée en sirotant de la pisse d'âne gazéifiée.
 
8.    Parce que 4 ou  5 heures de plaisir à 8.00 euros, même Josy-la-Goulue du square d'à côté ne pourra pas s'aligner sur ce tarif très contenu, et pour lequel on ne peut que féliciter les éditions Actu SF.
 
9.    Parce qu'Edouard Limonov nous dit que ce roman "est déjà rentré dans l'Histoire", et que vous ne voudriez quand même pas passer pour LE looser qui ne l'a pas lu, si ?
 
10.    Et enfin parce qu'avec ce noir joyau vous pourrez passer pour un type subversif ou une nana dangereuse auprès de votre joli(e) libraire en présentant fièrement votre achat en caisse ! Chargé(e) de cette nouvelle aura sexuelle sulfureuse, vous provoquerez immanquablement une lueur de fascination effrayée dans son œil rendu morne par le défilé quotidien des livres nullissimes et consensuels qui saturent ses rayons, vous permettant alors d’en profiter pour lui soutirer un 06 riche en promesses de nuits torrides à grands renforts de « vas-y mon fafounet, sors ta grosse batte ». Votre nouvelle vie sexuelle trépidante vous fera remercier, non pas Jackie et Michel, mais Thierry Marignac.

Si ces dix (excellentes) raisons ne vous ont pas convaincu, je crains qu'il ne faille envisager de façon sérieuse la possibilité toujours douloureuse que vous soyiez peut-être un crétin. Certes, c'est dur, mais dîtes-vous que Michel Onfray a fait de vous un égal de Manuel Valls. Comme la probabilité que vous soyiez aussi un électeur socialiste est très élevée, la boucle serait alors bouclée, nous laissant songeurs et admiratifs sur l'équilibre ainsi retrouvé des forces cosmiques.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Marrant votre article : moi qui n'aime pas la vue du sang je pars à la chasse… de ce livre.

Pierric Guittaut a dit…

Bonjour Anonyme. Il est urgent de se détendre, en effet. Les français sont en train de s'étouffer dans leur propre esprit de sérieux dépressif. "Always look on the bright side of life" comme chantait le christ des Monthy Python sur sa croix. Sinon, votre affût ne devrait pas trop se prolonger avec la réédition du livre. Bonne traque quand même !

Marie Chat Perche a dit…

Et bien moi, convaincue des la 3eme raison mais hilare grace aux suivantes, je file le debusquer de ce pas...l idee de le lire a la plage et d en faire trebucher plus d un dans un pate de sable me rejouit d avance.

Pierric Guittaut a dit…

Même si ce ne sont pas tout-à-fait les contes du chat perché, il y bien une filiation entre Marcel Aymé et Thierry Marignac : celle de l'indépendance d'esprit et la volonté d'être un empêcheur de moraliser en rond... ;)